Efroyabl Ange1 - Iain M. Banks ****


Quatre personnages, une mission : apporter la bonne parole ! Parce que l'époque urge. La menace de la Dévoration (période glaciaire) approche, le Chaos maîtrisé n'y peut rien et le gouvernement semble s'y complaire, prétextant l'existence d'un chemin pour une infime partie des nantis. Heureusement pour le bien de l'Humanité, la splendide Asura souvent dénudée, un capitaine (le comte Alandre Sessine VII) qui n'arrête pas de mourir, une scientifique (Gadfium) qui sent bien les mensonges environnants et enfin un petit garçon au langage exceptionnel, Bascule, très attaché à sa fourmi Ergates vont former une équipe d'enfer et quelque peu brinquebalante. Yeah !

Bon, un retour en SF pour moi et honnêtement, j'ai passé quatre cinquièmes du livre à ne rien mais fichtrement rien comprendre de l'intrigue. Soit je suis trop novice, soit c'était voulu par Iain M.Banks : mon orgueil penche pour la deuxième version. Mais le pire est que j'ai lu entièrement ce livre et que j'ai même apprécié de ne pas tout suivre ! Plusieurs raisons justifient ma tenacité :
1) l'auteur sait tenir en haleine son lectorat : il a créé un univers fabuleux (quoique pas très gai, il faut le reconnaître, où les gypaètes tiennent une place conséquente) qui part dans tous les sens mais reste remarquablement maîtrisé. Les personnages sont parfaitement reconnaissables, Bascule restant mon préféré (cf le 2), une atmosphère lunaire, des rebondissements et des trahisons ponctuent l'intrigue.

2) ce livre mérite d'être lu d'abord pour sa qualité lexicale : Bascule écrit comme il parle c'est-à-dire de façon phonétique. Iain M. Banks et la traductrice française très inspirée, Anne-Sylvie Homassel, ont construit leur propre langue (avec des règles, des mots courants, une grammaire unique) et cette prouesse mérite l'encensement. Lorsque Bascule est apparu la première fois dans le récit, telle une feignasse, je me suis dit « chouette, je vais zapper quelques pages parce que ce n'est pas compréhensible ! » mais en y regardant de plus près (et surtout en pensant à l'auteur qui ne s'est pas décarcassé pour rien à créer ce personnage) , j'ai constaté que tout se lisait, tout était clair (et surtout m'incitait à ralentir ma vitesse de lecture, qui n'est déjà guère rapide). Et franchement, traduire Bascule fut réjouissant. Voici un exemple (la fameuse introduction du petit garçon) :
« Jöm sui lvé. Jöm suis abiyé. Jè pti déjöné. Jè kozé a Ergates la fourmi. Emdi:
   Sé joursi pour vou jönn mètr Bascule sé boulo boulo boulo, a kan lé vakans ?
   Sa, jluidi, sé klèr.
   & sét 1si kon adésidé dalé voir Mr Zoliparia dan l'orbit de la gargouille Rosbrith...»

Il faut bien le reconnaître, très peu de livres proposent une reconstruction idiomatique en assurant une intrigue bien menée et intelligente. Iain M.Banks a positionné son Efroyabl Ange1 (effroyable engin) au rang de classique de la SF : chapeau, l'artiste !

Traduction exceptionnelle de Anne-Sylvie Homassel.
Éditions L'oeil d'or

Un énorme merci à Libfly et aux éditions L'oeil d'or pour l'envoi de ce SP.

Comme promis, je transmets et offre cet exemplaire à mon amie S. : je sais qu'il est en de bonnes mains !

et un de plus pour les challenges de Piplo, d'Adalana et d'Asphodèle (prix British Science Fiction 1994)
logo challenge à tous prix

28 commentaires:

  1. J'ai beaucoup lu et aimé la SF, j'aime encore à l'occasion mais là, l'écriture phonétique, juste impossible !!! Je ne dis pas que c'est nul, cela a certainement un sens dans le livre mais non merci !!! Lol ! Je prends ton lien pendant que je suis là, ça t'évitera de courir ma Phili !!!! ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je l'ai pris pour un challenge et c'était vraiment sympa.

      Supprimer
  2. Tiens, voilà qui me rappelle "Enig Marcheur" paru l'an dernier, prouesse lexicale et grammaticale en effet, et un véritable défi de traduction.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, la traductrice a dû passer plusieurs nuits et jours à réfléchir !!!

      Supprimer
  3. Beurk, de la SF. J'ai horreur de ça mais j'aime bien lire les billets de ceux qui s'y sont essayés (surtout quand c'est toi, ai-je vraiment besoin de le préciser ?).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, Jérôme, même si je n'ai pas réussi à te convaincre.

      Supprimer
  4. De la SF très peu pour moi, je n'ai jamais aimé cela... Je passe donc mon chemin mais ton article était agréable ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, Emma : je vois que je suis d'une persuasion d'enfer !

      Supprimer
  5. Réponses
    1. toi aussi ???? Cet article est une calamité.

      Supprimer
  6. Réponses
    1. stop, n'en jetez plus !!!!! Bisous, Violette.

      Supprimer
  7. J'ai lu ton extrait... petite torture lue dans un souffle !
    En film, oui avec effets spéciaux, mais en lecture, je rame... Alors, on verra...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aimerais bien t'y voir, tiens !!! Histoire que tu comprennes mon supplice.

      Supprimer
  8. Tu me donnes très envie de le lire ! Je pense que les passages au langage "inventé" vont être laborieux, (j'avais eu du mal dans Cloud Atlas par exemple) mais ça devrait me plaire quand même.
    Merci pour cette contribution au challenge ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Adalana pour ce beau challenge. Bonne lecture alors.

      Supprimer
  9. Tu as aimé ne pas suivre ? Il est trop fort, cet auteur !

    RépondreSupprimer
  10. Réponses
    1. Ah, je m'en doutais un peu mais sait-on jamais...

      Supprimer
  11. Philisine Cave, 1 salu kom ki dirè trè amikal 2 la traduktis ki vou di : si vou zèmé lé jipahèt, C kö vou zèt unn bonn personn. 2 mèm kö lé ptit fourmi ki sapèl Ergates.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Apure : je regrette juste que vous n'ayez pas traduit Philisine Cave en langage Bascule (je sais que vous avez volontairement gardé quelques noms courants non changés dans votre traduction). Je vous embrasse.

      Supprimer
  12. (kant o jan ki pans kö Iain M. Banks (kil repoz an pè) C unikman du langaj essèmès pouri, il fo vrèman kil liz Efroyabl Ange1 & osi tou lè roman 2 la Kultur paru chè dotr zéditör, sa lè fra chanjè davi, jö kroi.) (parskö franchman, Iain M. Banks, C 1 gran.) (& lè distinksion esèf / pa esèf, ouhat zö fök !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. super, Apure ! Vous êtes géniale !!!!!

      Supprimer
    2. Ö, jönn kroi pa : vrèman, C 2 Iain èm Banks kon pö dir sa, Filissinn. Filissinn Kav, C byin kom sa kon pronons ?

      Supprimer
    3. J'aime bien le côté exotique de Filissinn Kav ! Bises et merci de votre intervention, vous êtes formidable. Franchement quand vous avez découvert la version originale de Efroyabl Ange1, vous avez dû halluciner, non ?

      Supprimer
  13. Tu m'intrigues avec cette écriture phonétique, les exemples que tu donnes me font un peu peur au niveau de la difficulté de lecture, mais je te fais confiance ton avis est très clair sur les qualités de ce roman!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Piplo : ce livre est atypique et franchement chouette : je viens de l'offrir à une amie dont le fiston aîné a un peu de mal à lire et découvrir le langage Bascule va peut-être le motiver. Bises (ce livre est novateur : sorti en 1994, époque où les sms étaient assez rares)

      Supprimer