Diotime et les lions - Henry Bauchau ***

Après une période de creux littéraires (j'entends par là, des lectures peu satisfaisantes), j'ai entamé une période réjouissante, grâce à Henry Bauchau en particulier.
Dans un clan grec, on chasse le lion de père en fils. Cette quête sacrée intronise le nouveau chasseur lors d'un duel. Diotime, fille de Kyros et petite-fille du redouté chef Cambyse, ne rêve que d'affrontements, de cavalcades à travers la brousse alors que son rang d'enfant bien née lui impose uniquement l'apprentissage de la musique ou de la poésie. La pressentant comme sa digne héritière, Cambyse n'hésite pas à bousculer les conventions ancestrales, sauf lorsque s'annonce Arsès, un Grec de Grèce, menaçant son plus cher trésor.

Diotime et les lions :  ce conte joliment écrit rapprochera les lecteurs assidus et les occasionnels. Point de connaissances mythologiques ou historiques pour suivre l'intrigue, même si les références multiples sont suggérées. Ici, une héroïne qui n'en fait qu'à sa tête, soutenue par une grand-père aimant et attentif ; des lions chassés mais vénérés comme projections d'âmes humaines ; des rituels incandescents ; un affrontement subtil entre le diplomate Arsès et le coquin Arkoum, Arsès souhaitant rallier le clan à la cause Perse  : ce dessein s'effectuera selon les conditions non négociables de Cambyse (on comprend pourquoi).

Diotime, digne représentante d'une tribu fière de son héritage culturel et de coutumes dites « barbares », sorte d'Antigone de la savane sans partager son jusqu'au-boutisme, aborde néanmoins un virage fumeux de mièvrerie et c'est là, son plus gros défaut : vivre une bluette inutile freine le caractère intrépide de cette belle héroïne et crucifie l'histoire qui ne le méritait pas. Certaines amours valent volent un beau trophée.

Éditions Babel 

avis : Valérie, Nina 

les autres avis du blogoclub Henry Bauchau chez Sylire : ici

et un de plus pour les challenges d'Anne, de La Part Manquante, de Denis et Fabienne, d'Enna (animal), de Sharon et de Sharon, et le Blogoclub de Sylire
 

42 commentaires:

  1. J'ai voulu lire Henri Bauchau et j'ai abandonné à mi-parcours, vaincue par l'ennui (Antigone). J'hésite un retenter un autre titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Antigone me tente beaucoup pour détecter la comparaison avec celle d'Arnouilh. Le fait que tu aies abandonné ne m'encourage guère, je le reconnais.

      Supprimer
  2. Nos lectures se rapprochent car ils font partie de la même trilogie. J'ai prévu de les lire les deux autres et je me réjouis de voir que c'est une belle lecture pour toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était sympa malgré les petits défauts.

      Supprimer
  3. J'ai lu Antigone pour ma part qui m'a donné envie de lire les autres romans de cet auteur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et moi, c'est Antigone que je veux lire : ces échanges qu'offre le Blogoclub sont franchement chouettes.

      Supprimer
  4. Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi, cette histoire d'amour permet à l'auteur de varier encore son thème des conventions sociales opposées au désir. Mais comme toi, j'ai aimé cette belle histoire et surtout ce très beau personnage de jeune fille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le côté minauderies (le traitement de cette histoire d'amour) qui m'a fortement déplu : complètement à côté de la plaque du caractère fort de l'héroïne. Je vais de suite lire ton avis et prendre le lien !

      Supprimer
  5. J'avais tenté il y a quelques années la lecture d'oedipe sur la route... Long et lent, je m'y suis perdue. Peut-être celui-ci me plairait-il davantage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc, je ne tenterai pas de suite Oedipe sur la route (pourtant le synopsis est franchement intéressant).

      Supprimer
  6. Me suis laissée submerger par une Pal trop importante et le reste... donc pas de Bauchau chez moi, mais ton billet est excellent et donne envie tout de même... Bisous ma Phili

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends pour la PAL (je suis catastrophée par l'état de ma table de nuit ... pourtant allégée après les vacances de décembre 2012 : désespérant !)

      Supprimer
  7. Bien que je "le" croise souvent sur les affiches de son centenaire (il y a plusieurs conférences qui lui sont consacrées cette année pour cet anniversaire), je n'envisage toujours pas de lire cet auteur dans l'immédiat. Je commencerai peut-être par ce roman-ci un jour (le thème me plaît bien), malgré la petite bluette qui m'avait déjà aussi "gâché" un autre roman lu avec toi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, je crois qu'on se comprend parfaitement.

      Supprimer
  8. Décidément, je suis la seule aujourd'hui, à l'occasion du Blogoclub, à ne pas avoir accroché à cet auteur. Lire les commentaires plus hauts me rassurent quand même un peu, c'est un auteur qu'on adore ou déteste à ce qu'il me semble...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu ton article et ce Déluge fut un déluge d'ennui, visiblement pour toi : dommage !

      Supprimer
  9. L'amour ramollit les coeurs vaillants, féminins ou masculins, c'est bien connu ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ou alors, mon cœur est trop dur ! Pourtant je pleure très facilement

      Supprimer
  10. Un auteur que je ne connais pas (ça commence à faire beaucoup^^). Je vais bien finir par me pencher sur son cas un de ces jours.

    RépondreSupprimer
  11. Je viens de lire chez Hélène sa chronique sur "Antigone", Diotime me plaît bien aussi. Je ne connais pas ce Henri, grâce à toi je le mets dans mes envies. Je viens de commencer dans la nuit brune d'Agnès Desarthe... Bien noté pour le 15 mars !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va me falloir débuter Dans la nuit brune alors que j'ai entamé un gros pavé. Pour Bauchau, il est auter de textes assez courts : Diotime fut choisi par moi pour cela.

      Supprimer
  12. Tu as raison de lire cet auteur, il est mort l'année dernière et il faisait partie des grands auteurs français. Moi j'ai Antigone à lire, il parait que c'est une merveille, je vais acheter celui-là, je ne le connais pas du tout. Je te souhaite un bon week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'ai proposé un deal, à toi de me répondre.

      Supprimer
    2. Je veux bien recevoir ce livre et je t'en envoie un en échange. Je peux te faire un colis avec Magnus de Sylvie Germain si tu ne l'as pas lu et des Colette ou bien je ne sais pas.......

      Supprimer
    3. J'ai lu Magnus et de Colette, je n'ai lu que la Maison de Claudine. Ok pour l'échange.

      Supprimer
  13. Après un début assez lent et difficile, je dévore "La ligne verte", j'adore!
    Bon weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien, car sa page 31 ne m'a guère encouragée (et visiblement ne t'emballait pas trop non plus)

      Supprimer
  14. Pas vraiment fan de contes, malgré tes éloges je passe mon tour.

    RépondreSupprimer
  15. Un auteur à découvrir pour moi.. je viens de voir ton billet blog en vacances qui sont terminées je pense. GR m' a jouée un mauvais tour, il t'a supprimé comme d'autres blogs que je lis. Où va t'on? Damned !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de souci car tu es là et bien là : youpi !

      Supprimer
  16. Je ne sais pas quoi penser. Je note sait-on jamais...

    RépondreSupprimer
  17. Je n'ai lu qu'Antigone et Oedipe sur la route de Bauchau. Et malgré le "monument" belge, je n'ai pas vraiment envie d'en lire d'autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je comprends aussi. Je n'ai pas ressenti de monument dans Diotime.

      Supprimer
  18. Merci pour tes participations.
    Je ne suis pas sûre d'avoir envie de le lire.

    RépondreSupprimer
  19. J'ai cet auteur dans ma PAL mais je n'ai pas encore commencé... Mais je n'ai pas ce titre. Je verrai plus tard
    Bisous :D

    RépondreSupprimer
  20. Je n'ai pas encore lu de livre de ce grand monsieur... comme j'aime beaucoup l'univers des contes, je note celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce conte est sympa, j'aimerais d'ailleurs bien connaître ton avis dessus.

      Supprimer