Nous étions les Mulvaney - Joyce Carol Oates *****

Une Comète, très chouette, était bien décidée à me faire aimer sa Carol. Après une première expérience éprouvante (Délicieuses pourritures), Une Comète, motivée, m'a envoyé Nous étions les Mulvaney, persuadée que j'allais fléchir ! Telle une tige, je me courbe pour une superbe révérence à l'Américaine qui m'a scotchée direct.
Marianne, dix-sept ans, a tout pour plaire. Bien intégrée au lycée, pompon-girl appréciée, elle prépare son premier bal d'étudiante : robe en taffetas, cavalier assorti, position privilégiée à la fête. Tout réussit à Marianne, seule fille d'une fratrie de trois garçons, l'amour absolu de son père. La nouba arrive et rien en se passe comme prévu.

Véritable plongée dans une famille américaine de Mont-Ephraim, ville de l’État de New-York, Nous étions les Mulvaney dissèque au scalpel les comportements humains du paraître. Entre un père qui ne souhaite qu'adhérer à un club comme signe d'investiture et de notabilité, une mère catho girouette qui ventile et mouline dès qu'un problème survient, des frères tous concernés et affligés du mutisme parental, Marianne assume seule ce qui n'est plus de sa responsabilité. Monde de faux semblants aux codes sociaux bien précis, milieu où on bafoue les victimes et on protège les prédateurs, univers soit-disant charitable sans compassion, Mont-Ephraim représente n'importe quel village où seule l'apparence reste souveraine, où l'injustice et l'amoralité règnent sans partage, où l'animalité s'étend aux bipèdes, êtres normalement dotés de conscience. Les Mulvaney, un clan qui se fissure lorsque la blessure intervient.

Joyce Carol Oates a composé un livre énorme parce qu'elle a évité tous les poncifs attendus : mélo, critique facile du système américain, religion aveuglante, le parcours en enfer, stéréotypes en tout genre. Chaque intervenant de l'histoire donne son interprétation des faits, selon son âge : quelques répétitions narratives ponctuent le récit du petit dernier Judd, l'évanescence ressort des pensées de Marianne, la droiture et l'efficacité sommeillent en Patrick. L'auteure réussit brillamment à attacher le lecteur à chaque protagoniste, sans jugement et sans amertume. Présentée comme une famille idéale, en totale immersion avec la nature, le clan des Mulvaney marque très vite ses failles : un manque certain de communication, la volonté de ne pas faire de vagues et de taire l'indicible. Chaque membre réagit à sa façon et là encore, Joyce Carol Oates, géniale marionnettiste, guide ses héros là où on ne les attend pas. 

Un roman qui bouscule la famille et l'ordre moral, un roman du rejet (la discrimination par l'absence d'adhésion, la séparation pour survivre à une présence étouffante).  Lorsqu'un drame arrive, plusieurs réactions deviennent possibles : se réfugier dans des consommations addictives, oublier jusqu'à s'oublier, se venger pour se libérer, vivre avec cette béance énorme, fuir : Joyce Carol Oates présente cette panoplie de comportements : à vous de choisir ! 

Éditions Le Livre de Poche

avis : Keisha, Sylire, Lecture et cie, George , Athalie, Adalana

Mille mercis à ma Comète chérie d'avoir si bien insisté !

et un de plus pour les challenges de Liyah, de Sharon, de Malika et de moi (sur une idée de Livraddict)

64 commentaires:

  1. C'est un de mes romans préférés (pour l'instant car je suis loin d'avoir tout lu ) de JCO !
    C'est bien que tu ne sois pas restée sur ta première impression, c'est souvent difficile de persister quand on a pas aimé un roman d'un auteur, je le fais très rarement ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour cela que les copines sont si précieuses !!!! Il y avait quelque d'indicible dans Délicieuses pourritures qui m'intriguait. Je possède Blonde qui attend patiemment depuis onze ans !!!!

      Supprimer
  2. Je crois que je l'ai lu, il y a longtemps, mais je n'arrive pas à m'en souvenir. Il faudrait que je le reprenne pour en avoir le coeur net.

    RépondreSupprimer
  3. Adalana me l'avait conseillé, il va donc repassé en haut de ma PAL prioritaire.

    RépondreSupprimer
  4. Je l'ai trouvé looooong! Depuis j'ai du mal avec l'auteur, mais je compte reprendre quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai trouvé moins long que l'Affaire Quebert, c'est dire. Tu as tout ton temps. J'ai bien aimé cette histoire familaile passionnante.

      Supprimer
  5. Réponses
    1. J'ai besoin d'en lire d'autres pour être fan absolue. Mais sa plume riche mérite le détour.

      Supprimer
  6. j'avais vraiment apprécié cette lecture, merci de citer mon avis même si celui n'est pas très bon (c'était un de mes premiers billets sur mon blog...)et n'exprime pas correctement mon ressenti.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un avis mérite toujours qu'on s'y attarde : le tien enrichit les impressions diverses sur ce livre. Bises

      Supprimer
  7. Bonjour Philisine, j'ai "Les Chutes" dans ma PAL récente. J'aimerais lire "Nous étions les Mulvaney" mais pas tout de suite. Et puis, il faut dire que ce sont "des pavés". Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si Les Chutes te tente, on peut lancer une LC ! Bises

      Supprimer
  8. J'adore JCO. D'ailleurs son dernier recueil de nouvelles a rejoint ma PAL il y a peu^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te lirai avec plaisir (comme d'hab). J'ai l'impression que c'est un auteur qui donne le meilleur d'elle même sur la longueur : elle laisse entrevoir un peu plus de lumière.

      Supprimer
  9. Je savais ! Je savais que tu allais aimé ! Youpi ! :)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un SMS est si vite envoyé ! Merci encore pour ce partage.

      Supprimer
  10. Tu en parles tellement bien ! ça y est tu as le virus, tu as le virus !!!
    C'est trèèèèèèès contagieux, je te l'avais dit :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je verai : la porte n'est fermée, au contraire ! Bises (bis)

      Supprimer
  11. Scotchée, je le fus aussi et pour les mêmes raisons que toi. Depuis, j'enchaine doucement les autres romans de cette auteure, c'est souvent du lourd, qui demande un temps de digestion, même quand c'est plus court ! "Bellefleur" est aussi très bien, semble-t-il ... A suivre ???
    Merci pour le lien, à bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trois semaines de digestion pour environ 600 pages : je suis d'accord avec toi, la prose de JCO se déguste ! C'est une romancière importante qui sait décrire (et écrire) l'Amérique profonde : impressionnant !

      Supprimer
  12. Convaincue, alors? Car j'hésite à continuer de lire cet auteur tant son dernier livre m'a éprouvée (et j'ai abadonné : elle y raconte la mort de son mari et son veuvage). Tu conseilles celui ci?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que certaines de ses histoires n'auront pas toujours ma faveur, un peu comme Délicieuses pourritures, malgré les qualités littéraires de JCO. Je sur-conseille Nous étions les Mulvaney : un récit parfait pour moi !

      Supprimer
  13. Je viens de l'acheter !!! :D alors ça me donne carrément envie ton article ! bon mais ça attendra :D il est au chaud chez moi il ne va pas s'envoler ;)
    bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est super chouette ! Je te souhaite un très bon plaisir de lecture et guetterai ton avis. Bises

      Supprimer
  14. Je ne connais pas du tout. Apparemment c'est un livre qui t'a plu.
    Passe un bon weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce livre m'a énormément plu, tant dans sa forme que dans le fond. Bises

      Supprimer
  15. Je suis en train de lire "les chutes" et.... je chute à mi-livre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Énorme information pour moi ! Les Chutes fait partie de la sélection du prochain comité de lecture et je viens de proposer une LC à Dasola. attendons la réponse de Miss. je suis moins motivée déjà.

      Supprimer
  16. L'émotion me fait faire des fautes ! Je savais que tu allais aimER ! Tsss... :(

    RépondreSupprimer
  17. Ce livre est une vraie merveille pour ne pas dire un petit chef d'oeuvre !! Il m'avait toute chamboulée à l'époque et j'en garde un très fort souvenir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que je ressens la même chose : j'ai eu un pincement au cœur de quitter cette famille phénix !

      Supprimer
  18. C'est une des lectures du blogoclub et il avait bien plu ! Personnellement j'avais adoré mais je n'ai rien lu d'autre de Carol Oates (bien que j'en aie un dans ma PAL !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as quel livre de JCO ? Au cas où ce serait Blonde ....

      Supprimer
  19. J'aime beaucoup l'auteur même si je n'ai pas lu de nouveau roman d'elle depuis longtemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, moi, je la découvre ... comme quoi, il n'est jamais trop tard pour bien faire (ou faire bien )!

      Supprimer
  20. Oh chic, il est dans ma PAL, je suis à peu près sûre que je l'apprécierai ! Tu dois absolument lire "Les Chutes", il est grandiose, ce roman, encore un bel exemple de la maestria de Mrs Oates !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entre Zazy et Anne, le choc des titan(e)s s'annonce ! Qui va l'emporter ? Vous le saurez en continuant à lire ce blog....

      Supprimer
  21. Un de ceux qui me tentent le plus pour compléter mes lectures de Mme Oates... Fille noire, fille blanche est très bien aussi. Et Les chutes, oui, oui, trois fois oui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, résumons : le clan Kathel- Anne 2, le clan Zazy 1 ! Bises et merci pour ces bons conseils.

      Supprimer
  22. Je n'ai toujours pas lu Oates, mais des billets comme celui-ci me confortent dans l'idée qu'il faut absolument que je découvre cet auteur ! Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut pas dire que je fus en avance dans la déécouverte...

      Supprimer
  23. tu nous en parles à merveille et me voila encore tentée :-)
    ce ne sera pas pour tout de suite, mais je sais que ce sera un bon moment de lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si Une Comète est d'accord, je peux le faire voyager jusqu'à chez toi !

      Supprimer
  24. Dès que j'aurai digéré ma ventrée de Kasischke et des revenants je me pencherais sur le cas OATES!
    On va dire que ce sera mon challenge de l'année découvrir ce big auteur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je crois que toi et Une Comète m'avez bien prévenue concernant la prose de Laura : JCO propose un style bien consistant aussi mais qui se tient jusqu'au bout.

      Supprimer
  25. Une auteure avec laquelle ça passe parfaitement certaines fois, et des fois pas du tout. Du coup, j'hésite toujours à la lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, je crois que tu as parfaitement résumé la situation. Bises

      Supprimer
  26. J'en ai deux (assez épais) dans ma PAL et j'ai hâte de la relire, j'avais adoré Délicieuses Pourritures (même si...)... Très beau billet Philisine ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, Asphodèle pour le compliment. J'ai Blonde dans ma biblio (après un certain nombre d'années, je l'ai rangé, abandonnant l'idée de le lire).

      Supprimer
  27. Je ne connais pas encore l'auteur, mais ça ne saurait tarder, car après me l'avoir de nombreuses fois conseillé, j'ai essayé de trouver "Nous étions les Mulvaney" à la bibliothèque. Comme il était déjà emprunté, je l'ai réservé et en attendant, j'en ai emprunter un autre : "Les mystères de Winterthurn", que je vais lire dès ma lecture en cours terminée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suivrai tes péripéties avec JCO assidûment comme ils e doit. Bonne soirée, Malorie.

      Supprimer
  28. J'avais découvert et apprécié cet auteur avec délicieuses pourritures, ton enthousiasme me donne envie de poursuivre cette rencontre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux te l'envoyer (l'exemplaire est à Une Comète mais la connaissant, elle sera ravie). Bises (tu me tiens au courant)

      Supprimer
  29. Dans ma Pal déjà, cette histoire familiale douloureuse à beaucoup pour me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu aimeras, elle me manque terriblement cette famille : je la pleure depuis !

      Supprimer
  30. J'ai souvent lu des critiques élogieuses sur ce bouquin. De Oates, je n'ai lu que Fille Noire, fille blanche. Ton billet fait envie, comme d'hab'! bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nadael pour le compliment : j'ai vraiment vraiment aimé ce roman et pourtant Une comète peut confirmer que je n'étais pas une convaincue de Joyce.

      Supprimer
  31. j'en garde un bon souvenir. Quelques longueurs mais tellement de nuances.

    RépondreSupprimer
  32. Moi aussi j'ai adoré ce livre qui est une analyse au scalpel de certaines classes américaines. J'ai découvert cette auteure avec ce titre et maintenant je la lis le plus souvent possible c'est un vrai régal.

    RépondreSupprimer