Un week-end en famille - François Marchand **

Voilà, cela m'apprendra à faire ma maligne différente : parfois sortir des sentiers battus offre quelque mésaventure littéraire. Je peux sans contestation possible affirmer qu'Un week-end en famille en fait partie (je flingue du coup mes chances au concours des meilleures contributions organisé par PriceMinister, mais reste honnête - ce n'est déjà pas si mal)
Un mariage avec Aurélie expédié à Las Vegas, il est temps de faire connaissance avec la belle-famille résidant en Samousse : c'est ce qu'envisage au cours d'un week-end le narrateur, parisien dans l'âme. Et là, la rencontre ne se déroule pas sous les meilleurs auspices (choc culturel et violent entre deux mondes diamétralement opposés - celui des passionnés de voitures et des itinéraires, celui d'un sarkosyste de gauche, prout-prout et compagnie, dénigrant systématiquement le milieu rural qu'il ne comprend pas) et vire à une longue descente aux enfers (pour les personnages et les lecteurs aussi d'une certaine façon).

J'aurais pu aimer ce roman pour les raisons présentées en quatrième de couverture : roman désopilant, jeu de massacre, orfèvre du sarcasme. Et pourtant, au lieu du cynisme vendeur, je n'y ai vu qu'une succession de réflexions méchantes, affligeantes et d'une lourdeur incommensurable. Pire, François Marchand aurait évité tous les clichés sociologiques inhérents à la comparaison entre vivre à la compagne et dans une grande métropole, mais là non plus, aucun poncif ne sera exclu : il enfonce les portes ouvertes sans éclats de rire, sans autodérision : tout en devient insupportable. On subit un humour franchouillard à la Laurent Baffie, à la Jean-Marie Bigard etc, celui qui consiste à prendre à parti un membre du public, à se moquer de sa poire et en faire glousser les autres (trop heureux d'être épargnés par cette mise au pilori médiatique). Pourtant avec le verbe et l'intelligence de l'auteur, on pouvait espérer mieux, car il a su créer un héros parfaitement inattaquable, coupable mais non responsable, avec une raison imparable, précisée lors des deux dernières pages. Certaines scènes (comme la sortie désopilante automobile de chez les cousins Ragonneau ou la rencontre avec un passionné de champignons) prouvent qu'un autre traitement, plus fin et plus intelligent, était possible, sans modification majeure de l'intrigue. De plus, la personnalité du héros aurait pu être amenée de façon plus subtile, comme a procédé Herman Koch avec le Dîner.

page 72 : « Ça faisait longtemps, peut-être une demi-heure, que je n'avais pas eu droit au «Qu'est que tu en penses ? ». J'ignorai cette phrase lancée dans le désert par une Aurélie au regard vide et me tournai d'un air résolu vers notre ami Grégory pour poser la question subsdiaire :
 - Quelle assurance avons-nous que la maison ne s'écroule avant que le remboursement n'arrive à échéance ?
Rentrée-Littérraire-V2-logoLe commercial, à ma grande surprise, ne semble pas déstabilisé. Il se livra sans délai à un rapide calcul - ce gars-là avait réponse à tout avec sa calculette - pour conclure que « si elle s'écroule après vingt-sept ans, vous êtes gagnants par rapport à un loyer. Et si elle s'écroule avant dix ans, vous êtes couverts par la garantie décennale ».
 - Et la garantie décennale court sur ... on va dire ... combien d'années ?
Grégory se tourna vers Aurélie, un peu surpris quand même, puis vers moi. Je ne pus que le gratifier d'une légère moue, approuvant tacitement ses conclusions quant à l'intelligence de ma femme. »

Livre reçu et lu dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire 2012 de Price Minister avec le concours des éditions Le Cherche Midi. Je remercie et félicite Oliver Moss pour cette belle organisation.      

note obtenue (l'occasion de réviser le calcul fractionnaire : 2/5 = 08/20)    

Rentrée littéraire 2012     

 HérissonGeorge, Cathulu et Catherine ont assez bien aimé, Clara nettement moins.

et un de plus pour les challenges de Liliba , de La Part manquante ,de Sharon et de Lystig.    
        
évasion musicale : Baby Love - The Supremes  

43 commentaires:

  1. Oh tu as été sévère! Pas de chance!
    Je n'ai pas été beaucoup plus chanceux avec "Pour seul cortège"; je crois que je lui donnerai 13/20.
    J'ai commencé maintenant "Place à prendre", une brique de près de 800 pages. J'espère qu'il me plaira.
    Pour le challenge, OK pour les mots "mois et saisons". pas de problèmes.
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'autoriser les mots saison et mois : grâce à Une Comète (elle comprendra), je vais participer à la troisième session de ton challenge. Pour seul cortège, tu mets exactement la note que j'attribue à ce roman. Bon courage avec Kate.

      Supprimer
  2. Il ne me tentait pas... Tu confirmes cette impression ! (et ta critique est très bonne d'après moi, même si négative. Bon, je suis en effet celle qui a organisé un concours de la critique la plus odieuse, ça me discrédite d'un coup, mais soit)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaie de ne pas envoyer des scuds à tort mais là, le livre est difficilement défendable, pour moi. Ce n'est qu'un avis parmi tant d'autres.

      Supprimer
  3. Bon celui-là on l'oublie. A peine il fait la rentrée, qu'il fait la sortie. oui, je sais, c'est pas malin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons qu'il est sorti pour moi mais d'autres peuvent l'aimer et le défendre.

      Supprimer
  4. De toute façon, il ne me tentait pas ... mais c'est bien de sortir des sentiers battus, on peut faire de très belles découvertes, même si ce ne fut pas ton cas cette fois-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que je vais l'offrir à ma bibliothèque préférée qui évitera un achat supplémentaire (fait important dans le cas actuel des budgets serrés).

      Supprimer
  5. Bah... Je n'ai rien pris chez PriceM, comme ça pas besoin de faire un billet si je n'aime pas , et surtout de noter (je confirme ton calcul!). Je déteste noter, ça me rappelle le boulot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je note toujours mes billets comme tu as pu le constater. La multiplication par 4 n'est pas trop dure sur une échelle de 5 ! bisous.

      Supprimer
  6. j'ai lu une autre critique sur ce livre aussi négative que la tienne... ça fait pas envie ! Bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. coucou, est-ce que tu te souviens du blog ? Bisous.

      Supprimer
    2. Je ne me rappelle pas, mais je vais tâcher de retrouver ! Rebisous

      Supprimer
    3. Cathulu, George et Hérisson semblent avoir mieux apprécié que moi.

      Supprimer
  7. L'extrait est assez marrant. Je l'avais noté au cas ou l'occasion se présenterait. On verra donc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu veux que je te l'envoie ? bises

      Supprimer
    2. Non c'est gentil. J'ai tant à lire qu'il attendra. Merci beaucoup !

      Supprimer
  8. Il me tentait bien, ce roman... C'est ton livre PM ? je n'ai rien reçu !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est mon livre PM ! Ce n'est pas normal que tu n'aies rien reçu (vu qu'on doit rendre nos avis avant le 20 novembre).

      Supprimer
  9. Ce n'est pas le premier avis décevant que je lis sur ce livre

    RépondreSupprimer
  10. Si cela peut te réconforter, j'ai choisi une valeure sûre avec Laurent Gaudé ...et pourtant !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui mais cela tu le savais car tu avais lu ma chronique avant (n'est-ce pas, Malika ??????????) Bises (François Marchand déteint sur moi)

      Supprimer
  11. Eh bien malgré ton avis sur le livre, ta critique est excellente. Du coup, pas sûre que tu soies hors course pour les match PM!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, LN, pour ton gentil mot. Je ne retire rien de ce que j'ai rédigé et j'ai complètement conscience de cette subjectivité. Bisous

      Supprimer
  12. ...au suivant pour vite oublier celui-ci alors! Malgré tout je trouve ton billet très bien écrit...la critique est constructive, elle ne doit pas être toujours positive.
    Merci pour le partage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton soutien et ta confiance. Bises.

      Supprimer
  13. Très bonne critique, certes négative mais argumentée, sur un livre qui ne me tentait de toute façon pas beaucoup ! Bravo pour le calcul de la note finale ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu vois, je sais calculer (bon, remarque, il y a u=intérêt vu que je l'enseigne !). Bisous.

      Supprimer
  14. En voilà un qui ne fera pas parti de ma liste de livres à lire. En tout cas merci pour cette critique sans complaisance.

    RépondreSupprimer
  15. Ce n'est pas follichon ! je ne note pas... Et cette couverture a déjà été utilisée pour "Le croque-mort enfonce le clou" de Tim Cockey.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne le savais pas pour la première de couverture. Merci, Syl, ma nouvelle encyclopédie littéraire et culinaire et arts décoratifs (tu sais tout faire, et joliment en plus). Bisous.

      Supprimer
  16. Un bien joli billet malgré ta déception pour ce livre. En ce qui me concerne j'ai choisi Parfums de Phlippe Claudel pour les matchs littéraires... je suis en train de le lire, c'est magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui comme Une Comète le dit, ce livre a l'air magnifique. Je suis contente pour toi. Bisous.

      Supprimer
  17. Complètement d'accord avec Nadael ! Bonne pioche avec Claudel. Un bonheur total :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est pas bien de narguer les copines déconfites, non mais ! (je blague ma biche, J - 3)

      Supprimer
  18. Tu te sentiras moins seule après mon billet...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Clara, j'ai hâte de découvrir ton avis. Je reconnais toutefois que plusieurs copines blogueuses ont apprécié cette histoire. Bisous

      Supprimer
  19. Suis-je la seule à avoir apprécié l'humour de ce roman ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ma Cath, tu n'es pas toute seule : Cathulu, George et Hérisson08 ont visiblement bien apprécié aussi ce roman. Bisous

      Supprimer